C’est une colline enchantée, coiffée de cèdres centenaires inscrivant l'espace dans le temps long d’une histoire chère à la mémoire savoyarde...

Les membres de l’équipe municipale étaient présents en nombre (Mr Repentin, Mr Noblecourt, Mr Bouchet, Mme Thievenaz, Mr Caraco entre autres). Les administrés se sont aussi déplacés massivement.

L’objectif pour notre Maire est d’exposer, comme chaque année à la même époque, la philosophie politique de la municipalité illustrée par les diverses réalisations de l’année écoulée ainsi que celles à venir. Personne ne s’étonnera donc que l’exercice donne lieu à un satisfecit, ce qui est la loi du genre.

L’enjeu d’une collectivité, précise-t-il, est d’assurer les services publics, même si le contexte (inflation, coût de l’énergie, augmentation des salaires) rend  l’exercice difficile.

Une crèche est donc créée sur Vetrotex, ainsi qu’un nouveau groupe scolaire à la ZUP (Vert-Bois). Les cours d’école sont transformées à Bellevue, place Caffe. L’accueil des étudiants étrangers à l’Université de Savoie est soutenu financièrement.

La mairie fait sienne la lutte contre les inégalités. Dans cette optique elle a obtenu la labellisation par l’Etat de Chambéry « cité éducative » (1 million d’euros) et de trois « quartiers prioritaires » (Joppet, Mérande, Faubourg Montmélian)

Des espaces où 30% de personnes titulaires de droits ne les réclament pas, sont labellisés « territoires zéro non recours ». Des équipes sont chargées d’informer les ayants droits et de prendre en charge les démarches souvent décourageantes pour beaucoup. Le but est de redonner du pouvoir d’achat  aux habitants

Le souci de la solidarité est au principe de la création :

  • d’un centre d’hébergement d’urgence de 95 places (2 millions d’euros)
  • d’un partenariat avec la banque alimentaire et la cantine savoyarde
  • de la création d’une mutuelle communale
  • du dispositif «  bail solidaire » permettant de lutter contre la crise du logement en diminuant de 25% les coûts.

Chambéry se félicite de disposer du 5ème plus grand réseau urbain de chauffage de France (52 km). Ce qui garantit une diminution de 25% de la tarification énergétique. Le projet est d’étendre ce réseau aux communes avoisinantes. La mairie engage la réhabilitation thermique de 4 grands bâtiments (centre de congrès du Manège - l’ancien Conservatoire de la rue Paul Bert - l’école Jean Rostand à Bissy - l’école de Chambéry le Vieux). Des aides sont envisagées pour rénover le parc privé avec une diminution de 50% d la taxe foncière pour les propriétaires engageant des travaux.

Mr Repentin évoque la modification n°4 du PLUI. Celle-ci comprend une révision du coefficient d’emprise au sol avec le souci de penser des projets d’ensemble (OAP : orientation d’aménagement et de programmation) et d’augmenter les espaces verts.

Il se félicite du fait qu’il y a eu 2/3 d’abattage d’arbres en moins, que 3000 plantations d’arbres en ville sont prévues, que le plan de végétalisation de nombreux espaces est en cours (square Lannoy de Bissy, ensuite la portion de la rue entre la place Pierre Dumas et les Eléphants, la rue Charles De Gaulle), que 2 éco-quartiers (la Cassine, Vetrotex) sont en voie de réalisation.

Une zone à faible émission (ZFE) est prévue de Grésy-sur-Aix à Montmélian dans les années à venir. Son enjeu est de limiter la circulation des véhicules les plus polluants. La municipalité engage 300000 euros au titre du budget d’initiative citoyenne.

Elle envisage la rénovation du théâtre Charles Dullin pour son bicentenaire (10 millions d’euros) ainsi que celle de la galerie Euréka pour 1 million d’euros. Elle commémore dans diverses expositions et manifestations les 80 ans du bombardement de Chambéry (26 mai 1944). L’abri anti aérien du faubourg Nézin sera ouvert à des visites.

Après cette présentation de la politique générale de la ville par le Maire, l’adjoint aux finances, Martin Noblecourt prend la parole pour souligner le souci d’une gestion saine des finances publiques.

Il annonce qu’il n’y aura pas de révision du taux de la taxe foncière.

C’est ensuite au tour de Mme Thievenaz adjointe en charge du quartier du Laurier de prendre la parole. Elle rappelle le souci de l’équipe municipale de travailler conjointement avec les représentants de quartiers pour régler les problèmes rencontrés par les résidents (incivilités, difficultés de circulation, de stationnement, d’harmonie entre les différentes mobilités (voitures, vélos, piétons) etc. Elle se réjouit de la participation des conseils de quartiers. Le chemin des Moulins a ainsi été l’objet de plusieurs concertations, un aménagement étant prévu pour rendre la circulation moins dangereuse aux abords de l’école Simone Veil.

C’est d’ailleurs un objectif d’ensemble dans ce qui est appelé « Chambéry ville apaisée ». 80% de la voirie sont limités à 30 km/h.

La rampe Nézin pour faciliter l’accès à la crèche municipale accueillant 80 enfants est en cours d’exécution. La réhabilitation de la maison des associations est en projet

La parole est ensuite donnée à la salle permettant à des questions d’être posées voire à des doléances d’être exprimées. Ce qui domine concerne les stationnements sauvages, la circulation non apaisée, l’absence d’entretien de certains espaces verts, de ramassage des poubelles, la rectification de certains aménagements, l’expérimentation ayant fait apparaitre des problèmes. Mme Thievenaz montre qu’elle entend les plaintes et que dans les limites du possible on s’efforcera d’apporter des solutions

Difficile de dire autre chose… le Maire rajoute même qu’il faut avoir bien conscience que tout n’est pas possible. La réunion se termine autour d’un petit buffet.

J’ai profité d’un aparté avec Mr Repentin pour attirer son attention sur la nécessité d’engager à terme une campagne de reboisement du Parc Piot, étant donné l’hécatombe qui s’est produite au cours des diverses tempêtes. Mais ce n’est pas à l’ordre du jour, la priorité étant donnée  au principe de «  la nature en ville » pour lutter contre le réchauffement climatique et permettre aux citadins de moins souffrir des canicules.

Rien n’à espérer du côté d’une remise en cause souhaitable de la densification de l’habitat puisque dans son exposé il a à nouveau insisté sur la nécessité de construire pour que « les jeunes ou les nouveaux arrivants aient les mêmes chances que nous autrefois, de se loger ».

Même chose pour la ligne de bus. Il n’a fait allusion qu’à un bus le matin et le soir.  

J’ai appris une mauvaise nouvelle pour nous : Mr Ferroux n’est plus à la mairie de Chambéry ayant eu une promotion à Courchevel. Je m’apprêtais à lui demander d’envoyer à nouveau les équipes pour le nettoyage du Boulevard. Mr Repentin m’a dit qu’il essaie de recruter une personne aussi diligente. On verra…